Prince Hicham: C’est une erreur de croire que la répression de la liberté d’expression est bénéfique pour la monarchie

Prince Hicham

Le prince Hicham a rejeté samedi dernier 28 décembre 2019 la politique de répression adoptée par les autorités marocaines, affirmant que les pratiques de détention ne profitent ni à l’institution royale ni au débat concernant le développement ou  les grands enjeux du pays..

Le commentaire posté par le prince sur  les réseaux sociaux Twitter et Facebook fait suite à la récente campagne de persécution dans le pays qui s’est matérialisée par des arrestations et des procès dont la  justification est l’offense aux sacralités de la nation, et dont les derniers épisodes sont  l’arrestation du journaliste Omar Radi pour un simple post où il a commenté des décisions de justice, et  l’arrestation d’un certain nombre de militants qui s’expriment sur  YouTube dont les plus célèbres sont  les nommés Moul Kaskita, Moul Hanout et  Bouddha.

“Récemment, a écrit le prince, l’attention de  l’opinion publique nationale et internationale a été attirée par la multiplication des  violations  des droits de l’Homme au Maroc, en particulier la liberté d’expression et de publication, le dernier épisode de la série de violations est  l’arrestation du journaliste Omar Radi. Par conséquent, disposer d’un arsenal juridique est certes nécessaire pour protéger les institutions nationales est une chose, mais l’instrumentalisation de cet arsenal en permanence  pour étouffer le débat public à propos des  préoccupations des citoyens et les contraintes auxquelles ils font face , et qui ne peuvent être  abordées que par un débat libre, en est une autre.

 « Le développement humain et la croissance économique sont des questions urgentes à l’ordre du jour national en raison de la détérioration générale. Elles ne peuvent être traitées en profondeur et avec sérieux sans garanties claires de la liberté d’expression et de publication, entre autres droits de l’homme et qui sont en principe consacrés par la Constitution. L’idée que la restriction de ces libertés est justifiée pour rendre service à  l’institution royale est une idée erronée.”

 «En partant de son analyse des processus de transition démocratique dans le monde, le prince conclut que la politique qui consiste à distiller la peur dans la société , alors que le pays vit une détérioration à plusieurs niveaux, ne sera pas utile pour maîtriser la situation ou étouffer les voix critiques , et il ajoute dans un autre paragraphe: “Les institutions nationales ont été critiquées par de simples citoyens ordinaires en l’absence d’organes d’intermédiation crédibles. La capacité du citoyen à s’exprimer est la dernière arme qui lui reste comme moyen de participation, c’est un droit garanti par la Constitution. La confiscation de ce droit conduira inévitablement à un confrontation ouverte avec les autorités.

 À ce moment-là et contrairement à ce que certains croient, aucune stratégie de pression ou d’intimidation ne peut rétablir la situation telle qu’elle était auparavant.

Hits: 620

Sign In

Reset Your Password