Israël détruit les futurs plans géopolitiques de Washington au Moyen-Orient

Les attaques des Houthis d’Ansar Allah contre des navires israéliens ou se dirigeant vers Israël par la mer Rouge ont mis en évidence la fragilité du grand projet sur lequel parient les États-Unis, la route économique Inde-Moyen-Orient-Europe, pour faire face à la route de la soie chinoise, à la lumière de l’émergence de mouvements considérés comme des armées non classiques et irrégulières au Moyen-Orient. Le phénomène des mouvements armés à l’avenir aura un impact très important sur le commerce international.

À cet égard, l’une des surprises de l’opération Déluge d’Al-Aqsa du 7 octobre est que la guerre actuelle qu’Israël mène contre la bande de Gaza est différente des guerres de 1967 et 1973, car il affrontait des armées régulières telles que l’Égypte et la Syrie lors des deux guerres précédentes, et partageait des frontières avec ces pays, une guerre qui reposait sur une perception classique. Alors qu’à l’heure actuelle, il fait face à des forces militaires qui possèdent les caractéristiques des armées régulières, mais ce sont des mouvements militaires tels que le Hezbollah, les mouvements irakiens et Ansar Allah, bien que ce dernier soit celui qui s’est approprié  la direction de l’État du Yémen, et qu’il soit le plus proche d’une armée régulière, ainsi que du Hamas, qui ne s’est pas encore élevé militairement au niveau de ces mouvements, en raison du blocus qui lui est imposé et qui l’empêche d’obtenir  les armes, et malgré l’armement limité et intelligent, il a réussi à vaincre militairement Israël de manière significative, et l’a fait s’impliquer dans une guerre d’extermination plutôt qu’une guerre de ciblage d’objectifs militaires. Ce qui est nouveau, c’est que certains de ces mouvements font la guerre à Israël, bien qu’ils ne partagent pas de frontières, comme dans le cas d’Ansar Allah, et ce, grâce au développement des systèmes de missiles.

Il y a un désaccord au sein de la communauté internationale sur ce qu’Ansar Allah fait à Bab al-Mandab et en mer Rouge pour attaquer les navires d’israél et ceux qui lui sont associés. Les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et d’autres pays occidentaux considèrent qu’il s’agit d’un acte terroriste contre la liberté de navigation maritime, et la communauté internationale appelle à la nécessité de s’allier contre ce phénomène, comme cela s’est produit face à la piraterie dans la Corne de l’Afrique, tandis que des pays comme la Russie, la Chine et le reste du monde le considèrent comme l’un des résultats de la guerre d’extermination pratiquée par l’état  israélien, et il faut donc une approche  diplomatique pour résoudre ce problème, plus que de s’en remettre à la solution militaire, car la force exacerbera encore la gravité de ce dossier. C’est ce qui se passe aujourd’hui, après que les grandes compagnies maritimes n’ont plus confiance dans la protection des navires américains, et que la plupart d’entre elles ont décidé de quitter la mer Rouge et de parier sur le contournement de l’Afrique du Sud, surtout à la lumière de la possibilité d’affrontements entre les Houthis et la flotte américaine, à la lumière du naufrage de deux bateaux houthis par les Américains dimanche dernier. Même les États arabes pro-Washington tels que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte n’ont pas été impliqués, et l’implication de Bahreïn n’est que symbolique en raison de l’existence dans ce pays de la base américaine de la Cinquième Flotte. Et si l’on laisse de côté la liberté de navigation et la différence dans le traitement de ce dossier, on constatera que la question acquiert une grande profondeur géopolitique, affectant les détroits et les grands projets commerciaux, parce qu’une action militaire comme celle que mène Ansar Allah, en contrôlant la navigation internationale à Bab al-Mandab, c’est en fin de compte contrarier les grands projets économiques de l’Occident dans cette région du monde. À cet égard, en ce moment, nous entendons parler du projet : « la route économique Inde-Moyen-Orient-Europe ». En pratique, Washington a mis en avant ce projet lors du sommet du G20 dans la capitale indienne New Delhi en septembre dernier avec les objectifs suivants :

– Premièrement, faire de l’Inde un pays efficace dans l’activité commerciale mondiale dans le but de créer un concurrent de la Chine, compte tenu de la main-d’œuvre de l’Inde et des investissements occidentaux qu’elle peut recevoir de pays tels que le Japon, les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Allemagne.

– Deuxièmement, créer une fracture au sein des pays du BRICS en éloignant l’Inde de la Russie et de la Chine, et ainsi ce pays, l’Inde, se transformera en une entité qui aura un rôle similaire à celui de la Grande-Bretagne, qui a affaibli l’Union européenne pendant quarante ans, depuis son adhésion dans les années mille neuf cent soixante-dix jusqu’à son départ il y a des années dans le cadre du Brexit, au lieu d’être une force supplémentaire pour le développement de l’Union européenne.

-Troisièmement, éloigner le Moyen-Orient du champ de e l’influence chinoise, car ces pays ne seront pas liés uniquement à la Route de la Soie, mais à deux projets concurrents.

Sur le plan géopolitique, la guerre d’Israël contre la bande de Gaza, qui est devenue une guerre d’extermination, a non seulement entraîné la chute morale de l’Occident, en raison de son soutien massif aux crimes de l’état d’Israel , mais aussi l’obstruction de grands projets occidentaux pour concurrencer la Chine. À titre d’exemple à cet égard, les répercussions négatives des attaques des Houthis sur le projet de « Route économique Inde-Moyen-Orient-Europe » en concurrence avec la Route de la soie, puis l’impact négatif sur un projet lié à l’Occident, qui est le creusement du canal Ben Gourion en concurrence avec les canaux de Suez, où le nouveau canal est prévu pour être le principal outil de normalisation finale, globale et perpétuelle au Moyen-Orient entre les pays arabes et l’entité israélienne.

Ce qui rendra la situation plus difficile à l’avenir en ce qui concerne l’impact des mouvements de type militaire sur la situation mondiale, y compris la navigation internationale, et divers projets, c’est la concurrence entre Pékin et Washington pour le contrôle du commerce international, et l’absence d’accord sur une vision unifiée de la sécurité. Cela conduit chaque camp à vouloir affaiblir l’autre. Les États-Unis mobilisent les pays d’Asie du Sud-Est contre la Route de la Soie, contre la facilitation de l’accès de la Chine aux eaux territoriales de cette région du monde, puis contre l’affaiblissement de la Route de l’Arctique, qui a commencé à fonctionner en transportant des marchandises de la Chine vers l’Europe et l’Amérique latine via la Russie. De son côté, Pékin a rejeté la demande de Washington de contribuer à la sécurisation de la navigation en mer Rouge, même si les forces chinoises disposent d’une base militaire dans la Corne de l’Afrique, et a même trouvé qu’Ansar Allah était le mieux placé pour donner une leçon aux Américains. On   conclut de la politique chinoise que Pékin ne s’engagera dans aucun projet de sécurité internationale initié par l’Occident qui pourrait, d’une manière ou d’une autre, nuire aux intérêts nationaux de la Chine. Oui, non seulement l’Occident est tombé moralement dans la guerre de Gaza, mais ses projets sont menacés en raison de son soutien à cette très sale guerre.

Sign In

Reset Your Password